Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /home/paeminco/public_html/accordions_prod/wp-content/plugins/revslider/includes/operations.class.php on line 2758

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /home/paeminco/public_html/accordions_prod/wp-content/plugins/revslider/includes/operations.class.php on line 2762

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /home/paeminco/public_html/accordions_prod/wp-content/plugins/revslider/includes/output.class.php on line 3706

Warning: "continue" targeting switch is equivalent to "break". Did you mean to use "continue 2"? in /home/paeminco/public_html/accordions_prod/wp-content/plugins/woocommerce-dynamic-gallery/admin/admin-interface.php on line 364
Introduction au concept de l’accord d’un accordeon et à la methodologie employee pour sa realisation – La Boite Anchantée

Introduction au concept de l’accord d’un accordeon et à la methodologie employee pour sa realisation

Cet article a pour vocation de faire (re)découvrir au plus grand nombre la richesse sonore d'un accordéon et sa phllosophle.
De fait, il est synthétique, incomplet et approximatif.

Souvent caricaturé, parfois mal utilisé, le son d'un accordéon est victime à tord d'une mauvaise réputation. Sa conception et son nombre de voix, dont un brio(registre avec une voix dérèglée générant un vibrato), le rendent ditficile à accorder, et il a longtemps été règlé un peu plus haut que les autres instruments.
C'est un instrument qui génère des sons complexes, s'exprimant sur une gamme tempérée.
ll faut comprendre que la justesse d'une note est relative, puisqu'il y a autant de justesse que de gamme.
ll est bien juste, mais dans sa propre gamme et selon Ia fréquence à laquelle il a été accordé.
Accorder un accordéon , c'est réussir à combiner Ia justesse de la construction sonore de chaque note et l'équilibre nécessaire à leurs intéractions dans le cadre d'une gamme tempérée . C'est cette “symbiose" qui crée une harmonie sonore entre I'ensemble des claviers de l'instrument.

1) Le son complexe
Le son est une vibration mécanique d'un fluide, qui se propage sous forme d'ondes. Sa hauteur se traduit par la vitesse de sa vibration que l'on qualifie de fréquence. Exprimée en Hertz (Hz),la fréquence correspond au nombre d'oscillations d'un phénomène périodique per unité de temps.
Un son pur ne contient qu'une seule fréquence. Le meilleur exemple étant le diapason. En effet, règlé sur une fréquence, le diapason ne produira qu'un seul son correspondant à la fréquence donnée. Raison pour laquelle on l'utilise comme référent pour évaluer la justesse d'une note.
La note d'un instrument est qualifiée de complexe, elle est composée de plusieurs sons purs de différentes fréquences.
Lorsque la fréquence de chacun de ces sons est le multiple exact de la fréquence du son le plus grave que l'on appel le fondamental, on le qualifie alors de “son complexe harmonique".
Un son complexe harmonique est donc composé du fondamental et d'un cortège d'harmoniques qui peut se construire comme ceci:
le fondamental, I'octave (x2), la quinte à I'octave (x3), la double octave(x4), la tierce au double octave (xS), I'octave de la 3 eme harmonique, c'est à dire la quinte au double octave (2×3) … etc…
Le son émis par un instrument contient généralement d'une à une quarantaine d'harmoniques, chacune diminuant d'intensité à mesure que leur fréquence augmente. Pour l'accordéon on a pu en répertorié jusqu'à 26.
Lorsque l'on entend la note d'un accordéon on perçoit le son fondamental, mais il y a en fait plusieurs harmoniques qui constituent l'ensemble de la note.

2) la gamme tempérée
Une gamme est une suite de notes conjointes régie par échelle ou un mode prédéfini.
En musique on distingue beaucoup de gammes différentes, pour notre démonstration on se concentrera sur les deux les plus utilisées:
-La gamme naturelle: Elle se construit sur les intervalles musicaux (octave, quinte, quarte, tierce, seconde et demiton). C'est une division de l'octave en douze demi-tons inègaux. On défini ta fréquence d'une note de départ puis on cherche les notes au dessus représentant chacun de ces intervalles (octave 211, quinte 3t2, quarte 4t3 etc…). Dans ce cas les rapports en fréquenee sont les mêmes que ceux de la série harmonique d'une note, retranscrits dans le même octave. Cette gamme paraît juste à l'oreille et permet une grande diversité de couleurs sonores. Mais les rapports de fréquences des douzes demitons ne sont pas égaux entre eux, rendant impossible la transposition d'une même composition d'une tonalité à une autre.
La gamme tempérée: C'est aussi une division de l'octave en douze demi-tons mais dont les rapports en fréquence sont mathématiquement égaux. Apparue vers le XVll ème siècle, elle présente l'avantage d'être transposable et de standardiser le système d'accord. J.S.Bach fut I'un des premiers à l'utiliser.Elle peux par contre procurer dans certains intervalles musicaux une sonorité désagréable.

3) L'accord au tempéré d'un instrument aux sons comprexes
Voici les fréquences des 4 premiéres harmoniques de deux notes LA et Ml dans une gemme naturelle et dans une gamme tempérée:

Fondamental Harmonique 2 Harmonique 3 Harmonique 4
GAMME NATURELLE LA 440 880 1320 1760
MI 330 660 990 1320
GAMME TEMPEREE LA 440 880 1320 1760
MI 329,62 659,24 988,86 1318,48

ll est important de noter dans cet exemple que la fréquence de l'harmonique 3 dg la et celle de l'harmonique 4 du mi correspondent à la même note, l'écart en Hertz étant de 1,52 Htz ceiâ correspond a g1 battements par minute, ce qui sera possible à relevé avec l'oreille.
L'emploi d'un accordeur électronique pour règler la fréquence de chaque note est possible. Le seul problème étant qu'un accordeur électronique n'écoute pas, il compte…
ll se substitue à l'oreille et ne permet pas la compréhension de la construction de la gamme tempérée, source de son équilibre. Pour qu'un accord soit réussi et que l'on puisse lui donner son “timbre" et y introduire sa propre sensibilité il faut avant tout I'entendre. Pour rendre cette écoute possible on utilise un procédé strict, complexe et contraignant mais permettant d'exprimer l'essence même d'une gamme tempérée, l'appareil n'intervenant que pour
valider une écoute:
La méthode utilisée se nomme « Grande Pleyel » et permet de réaliser une partition sur 24
notes.

Elle consiste entre autres, à partir du la 440 Hz réglé au diapason, suivant une méthode d'identifications, de comparaisons et de croisements des harmoniques communs entre les octaves, les quintes et les quartes, à
accorder les notes justes dans une gamme naturelle puis à les adapter pour une utilisation dans une gamme tempérée.
Dans notre exemple, en jouant les deux notes on va se concentrer sur l'écoute des battements produits par la différence de fréquence de leur harmonique commun jusqu'à l'obtention de l'unisson à 1320 Hz. La deuxième étape sera de “tempérer" le mi en baissant la fréquence jusqu'à obtenir le nombre de battements correspondant à l'écart en entre 1320 et 1318.8 Hz, soit 91 bts/min aboutissant à une fréquence du mi perçue 329.62 Hz. Et il faudra utiliser ce procéder et respecter cet équilibre entre toutes les voix et donc les notes de l'accordéon.
Pour rappel un accordéon peut contenir jusqu'à 840 anches….
ll faudra aussi règler le “brio" qui sera I'objet d'un prochain article, de même que les techniques utilisées pour modifier la fréquence des anches.
Je remercie chaleureusement mon formateur à l'ITEMM Thierry Benetoux, qui m'a autorisé à utiliser comme sources “l'aide mémoire d'acoustique musicale" de monsieur F. Teissier, intervenant à I'ITEMM avec lequel il a collaboré ainsi que son propre ouvrage “l'accordéon et sa diversité sonore". En vente sur son site internet, il est d'une aide précieuse à tous ceux désireux d'aller plus loin dans la compréhension de leur instrument.